ARCHIVE
Édition 2017
Cours Cambronne
Les Nus
DANIEL DEWAR ET GRÉGORY GICQUEL

Les Nus est un ensemble de trois sculptures en pierre, faisant écho à l’exposition de la HAB Galerie.

Dans ce jardin de style néo-classique bordé de façades d’hôtels particuliers et jalonné de tilleuls argentés, l’atmosphère est propice à la promenade. Alors qu’au centre de la longue allée rectiligne trône la statue en bronze du général Cambronne, Daniel Dewar et Grégory Gicquel préfèrent occuper les alcôves, espaces protégés et voués à la contemplation.

Poursuivant leur obsession de la représentation du mobilier sanitaire – déjà expérimenté en béton pour le musée Rodin en 2014 ou plus récemment avec des sculptures en céramique –, Les Nus sont réalisés en marbre rose du Portugal, pierre choisie pour sa couleur et son veinage similaires à la peau. Les imposants blocs, posés à même le sol, sont travaillés en taille directe et font émerger les formes du mobilier : vasque, bidet et toilettes. Telles des images inversées du corps humain – le lavabo représenterait le visage, les toilettes le fessier, et le bidet les pieds –, ces pièces font aisément penser aux corps nus annoncés.

Copiant à la main ce mobilier moderne normalement industrialisé, les artistes renvoient ces objets à l’état de nature et révèlent l’interdépendance entre nos corps et les formes de notre quotidien. Dans le décor architectural admis comme parfait du cours Cambronne, les sculptures prennent place comme si elles avaient toujours été là et posent la question de la valeur de la sculpture dans l’espace public. À la fois solides, précieux et peut-être pas si intimes, Les Nus s’imposent comme des fossiles luxueux de notre civilisation.