MENU
RETOUR
Le Voyage à Nantes
Nantes.Tourisme
Estuaire
Les Tables de Nantes
Les Machines de l’île
Château des ducs de Bretagne
Mémorial de l’abolition de l’esclavage

Place du Bouffay
La part manquante
Boris Chouvellon
œuvre d'art in situ

Dans la continuité de ses recherches sur l’esthétique de la ruine, Boris Chouvellon propose une œuvre brute qui inverse les rapports entre ce qui est précieux et ce qui ne l’est pas, entre le travail et le loisir, entre la présence et l’absence.

Boris Chouvellon est fasciné par les espaces frontières – zones de loisirs, agricoles, industrielles, commerciales ou constructions à l’abandon – qu’il nomme « esthétique de la zone ». Il y emprunte des objets, formes, impressions qu’il transforme. en se référant à l’architecture moderne et brutaliste, l’artiste entend produire une représentation de la ruine moderne. Son monde se compose alors d’ersatz de piscines dressées, manèges désossés, toboggans déglingués, mobile composé de godets de pelleteuses, barques trop lourdes pour naviguer... Mêlant humour et désillusion, ses œuvres sont comme des ruines du futur de notre société.

La place du Bouffay est projetée dans un autre temps, celui d’un futur supposé, avenir présumé d’un monde désenchanté.
Des nappes scintillantes de sel recouvrent le sol et rappellent l’absence forcée de l’eau, la proximité de l’océan ou... une montée des eaux qui aurait envahi Nantes ! En son centre, faite d’acier et de béton, une grande roue figée à laquelle une part manque s’érige tel un monument abandonné. En alternance avec des palmiers – symbole d’immortalité et standard végétal des fronts de mer – des godets de pelleteuse – outils du BTP et de l’archéologie – remplacent les nacelles. L’œuvre s’empare de notre imaginaire : la magie des forains qui arrivent en ville, la flânerie du regard tournoyant dans les hauteurs, le souvenir lointain de la fête.

Dans la continuité de ses recherches sur l’esthétique de la ruine, Boris Chouvellon propose une œuvre brute qui inverse les rapports entre ce qui est précieux et ce qui ne l’est pas, entre le travail et le loisir, entre la présence et l’absence.

Quant à la part manquante, elle a surement été emportée par une déferlante ailleurs dans la ville... Les plus curieux ne manqueront pas de la retrouver !



- -
3 QUESTIONS À...
BORIS CHOUVELLON

QUEL EST VOTRE PREMIER SOUVENIR DE NANTES ?
Enfant, son nom s'égrainait au fil d'un parcours SNCF pour se terminer au Croisic, c’était du côté de l’imaginaire. Puis, lors de mes traversées en voiture, cette vue lointaine d’un pont qui enjambe la Loire. Mais c'est véritablement lors de mon premier repérage suite à l’invitation du/pour le Voyage à Nantes, que les paysages atmosphériques fluctuant du quotidien m'ont interpellé.

QUE SIGNIFIE POUR VOUS « ESPACE PUBLIC » ?
La réponse est certainement contenue dans mes œuvres qui interrogent cette notion, avec une approche sensible et poétique, sous forme de résistance à la pauvreté des espaces que l’on nous propose, que l’on nous impose. De manière métaphorique, les concepts de vanité et de ruine inversée apparaissent sous différentes formes dans mon travail. Je pense notamment à cette œuvre qui représente des gradins en béton, renvoyant à l’agora Grecque ou au forum romain, et de nos jours à la société du spectacle. Il y a aussi cette série d’œuvres issues des zones d’entertainment, reprenant les formes de manèges, piscines, toboggans aquatiques où réside toute l’ambiguïté de ces espaces de distraction et d'enfermement. Ce sont les limites invisibles mais bien présentes de l’espace public avec lesquelles je joue : dans une vidéo, je me déplace sur une digue face à la mer avec deux barrières de chantier, tentant ainsi de créer une frontière fictive, illusoire et absurde.

QU’EST CE QUE VOUS REGARDEZ EN PREMIER DANS UNE VILLE ?
L'exercice du regard est à chaque fois différent, mais d’une façon générale j’ai tendance à chercher les moyens qui me permettent de me sortir visuellement des détails, fuir les plans trop rapprochés, pour trouver un point de vue contemplatif et observer la ville dans son ensemble.


 


© Philippe Piron


La Part manquante Boris Chouvellon, Vidéo LSF LVAN 2017 from levoyageanantes on Vimeo.

TARIFS
Accès libre.
ACCÈS
Place du Bouffay
44000 Nantes
Tramway ligne 1 - Arrêt Bouffay


Retour haut de page