ARCHIVE
Édition 2020
Place Graslin
Rideau
Stéphane Thidet

Stéphane Thidet crée des installations oniriques à partir de gestes souvent simples et d’éléments prélevés dans le monde qui l’entoure, notamment des éléments naturels. Ses installations embarquent le visiteur dans un univers fictionnel poétique qui fait basculer le lieu investi dans une narration rêvée.

Utilisant la brusquerie des forces élémentaires, telle que la puissance de l’eau, l’aridité des matières, la ténacité des plantes, l’œuvre de Stéphane Thidet est empreinte de la force sauvage de la nature, mais également en proie à ses fragilités et fêlures.

Rideau est une immense chute d’eau recouvrant la façade du monument. Comme surgissant d’une corniche, la cascade vient frapper dans sa chute les marches du théâtre pour venir ruisseler dans un immense bassin conçu comme une extension potentielle du bâtiment. Ce gigantesque rideau d’eau, métaphore de l’accessoire théâtral qui masque l’artefact et dévoile le spectacle, renvoie autant à l’activité créatrice à l’intérieur du théâtre qu’au plan d’ensemble de la place, dessiné à l’époque par l’architecte Mathurin Crucy.

Celui-ci révélait une volonté de mise en scène : l’édifice domine une place en hémicycle dont les façades identiques forment les premières loges d’un véritable « théâtre urbain ». En utilisant la force physique de l’eau, Stéphane Thidet fait vrombir le monument alors qu’il plonge le visiteur dans un état de contemplation ambivalente, entre le rêve et l’inquiétude d’une force sauvage dont la domestication est vouée à l’échec. Par cet élément naturel qui, au fil des millénaires, transforme les reliefs naturels au gré de son écoulement, Rideau révèle une architecture remarquable façonnée par l’homme autant qu’il provoque le désir d’y pénétrer pour découvrir ce qu’elle enferme.