Œuvre en maintenance
Œuvre permanente, Parcours Estuaire
Nantes
Air
Rolf Julius

Dans son travail, Rolf Julius cherchait inlassablement à mettre au jour la relation entre musique et sculpture, ou comment créer de “la musique pour les yeux”, titre d’une de ses compositions.

Le promeneur passant à proximité de Manny découvre Air, qui sous la peau métallique du bâtiment, telle “une douce musique pour les murs”, résonne et semble subtilement “rendre audible la façade”. Entre cliquetis métalliques et vagues chants d’oiseaux, cette musique sourde et discrète renvoie à l’environnement immédiat du bâtiment. En s’appropriant ainsi le son comme matière, Rolf Julius a cherché à substituer le son à l’image pour réduire l’importance du sens de la vue et équilibrer les perceptions sensibles.

Je me balade sur l’île et je m’arrête souvent rue La Noue-Bras-de-Fer. Quand je ferme les yeux, j’entends des oiseaux électriques dans un désert de métal, je me rappelle Moebius ou Jodorowsky. Puis je regarde et j’imagine le vent qui joue cette symphonie infinie. Rolf Julius me fait voir le bâtiment Manny comme un gigantesque instrument de musique recouvert de lierre synthétique. Et toujours dans le silence de la nuit, je retrouve avec AIR quelque chose d’apaisant.

Pégase, musicien
Rolf Julius, Air
Rolf Julius, Air
Rolf Julius, Air

Rolf Julius
Découvrir