MENU
RETOUR
Le Voyage à Nantes
Nantes.Tourisme
Estuaire
Les Tables de Nantes
Les Machines de l’île
Château des ducs de Bretagne
Mémorial de l’abolition de l’esclavage

Place Royale
Sortie de fontaine
Michel Blazy

Michel Blazy travaille avec le vivant : des plantes et des éléments tirés du jardin ou des matériaux périssables issus du quotidien (coton hydrophile, papier toilette, aliments, mousse…). Le hasard, l’imprévu, le laisser-faire sont au coeur de son oeuvre, dans laquelle il met souvent en scène cette capacité qu’a la nature à se répandre sur toutes choses.

L’eau est omniprésente dans le travail de Michel Blazy. Elle dessine des formes et provoque des phénomènes physiques lorsqu’elle est mise en contact avec d’autres matériaux. L’idée de fontaine préoccupe l’artiste depuis longtemps. Ses « fontaines de la bonne volonté » font ainsi surgir de la mousse ; d’autres mettent en scène des jaillissements de pop-corn ou de bières ; parfois des serpillières à franges deviennent elles-mêmes des fontaines !

Pour la place Royale, Michel Blazy s’est donc tout naturellement tourné vers sa monumentale fontaine : il en détourne les flux et le positionnement en intervenant également sur les caniveaux. En étroite collaboration avec le fontainier qui réalise toute l’année son entretien, il s’est attaché à redimensionner les capacités et à modifier le fonctionnement de l’équipement.

Intervenant sur le périmètre de la place, où il fait apparaître de la brume, Michel Blazy propose de nouvelles circulations aux visiteurs qui, de surprise en surprise, découvrent une partition d’événements impromptus qui se succèdent. 

Dysfonctionnements aléatoires, trajectoires déviées des jets, échappées, débordements de toute part proposent un basculement, une expérience atypique de l’espace public, où les fontaines sont habituellement appréciées pour leur rythme continu et leur lancinant et rassurant écoulement d’eau.

- -

3 QUESTIONS À...
MICHEL BLAZY

QUEL EST VOTRE PREMIER SOUVENIR DE NANTES ?
Mon premier souvenir est mon premier déplacement à l’automne dernier à l’occasion de l’invitation à participer à l’édition 2018 du Voyage à Nantes. Je ne connaissais pas la ville auparavant. La présence des œuvres dans la ville m’a marqué car c’était le sujet premier de ma visite.

QUE SIGNIFIE POUR VOUS « ESPACE PUBLIC » ?
Il y aurait beaucoup à dire… L’espace public idéal serait l’espace des gens, or je ne pense pas que ce soit le cas. L’espace public est aujourd’hui l’espace du pouvoir. Dans mon quartier sur l’Île Saint-Denis, l’espace est moins contrôlé : dès qu’il y a un rayon de soleil les gens sortent des chaises et des tables pour prendre l’apéro dans la rue. Ce n’est pas possible dans les villes. L’espace public devrait être celui décidé par les gens et pour les gens. Or aujourd’hui, c’est un espace public qui n’appartient à personne et où personne n’est à l’aise, surtout en France. Dans beaucoup d’autres pays, l’espace public est moins contrôlé et c’est beaucoup plus vivant, l’idée du « bon goût » n’existe pas.​

QUE REGARDEZ-VOUS EN PREMIER DANS UNE VILLE ?
Ce n’est pas les évènements ou les musées, mais plutôt la vie des quartiers et des rues où j’aime me promener sans plan, trainer et me perdre.


Du même artiste : Last Garden (au Temple du Goût)


© Martin Argyroglo / LVAN


TARIFS
Accès libre
ACCÈS
Place Royale
44000 Nantes
Tramway Ligne 1 : arrêt Commerce
Accessibilité
Vidéo de médiation en LSF accessible via un flashcode sur place.




Partager cette page
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur Google+ Partagez par mail

Retour haut de page