MENU
RETOUR
Le Voyage à Nantes
Nantes.Tourisme
Estuaire
Les Tables de Nantes
Les Machines de l’île
Château des ducs de Bretagne
Mémorial de l’abolition de l’esclavage

Place Royale
La Terre où les arbres rêvent
Laurent Pernot

L’identité, la fragilité, l’origine et les limites du vivant figurent parmi les thèmes majeurs de Laurent Pernot.

Énigmatiques, ses œuvres se nourrissent autant de recherches en anthropologie, astrophysique ou écologie que de l’imaginaire du cinéma, de la littérature et de l’histoire de l’art. Le potentiel fictionnel du site qu’il investit et la relation au spectateur sont également déterminantes : « Je cherche à instaurer un rapport poétique au temps qui englobe le passé et le futur, le proche et le lointain, afin de mieux comprendre ce que nous sommes, ce qui fait de nous des êtres à la fois détachés et indissociables du monde – violent et fascinant – dans lequel nous évoluons ».

Laurent Pernot s’inspire ici de la présence de l’eau et du rôle qu’elle a joué dans l’histoire de la ville, mélange de fortunes et de tragédies. Se référant aux terres lointaines, il propose un paysage surréaliste en imaginant, à proximité de la fontaine représentant la Loire et ses affluents, une île, une oasis fantôme.

D’aspect fossilisé, ces arbres venus de continents et d’ères différents – un cocotier d’Afrique et un cordaïte, arbre tropical préhistorique aujourd’hui disparu – sont comme endormis. Sculptures de béton, ces géants de pierre accueillent en leur cime courbée des figures blanches asexuées, à la morphologie humaine. Assoupies, peut-être réfugiées ou rescapées, elles semblent provenir d’un autre temps, mais nous ressemblent étrangement. Dans leur posture intime du sommeil, elles sont vulnérables et pourtant inatteignables en haut de leur arbres.

Dans un contexte hanté par le réchauffement climatique, silhouettes et arbres ne font plus qu’un. Malgré cet équilibre précaire entre l’homme et la nature, le réveil de ces êtres est possible : « Sur terre, il n’y a pas de roi, les hommes et les arbres rêvent ensemble. »



- -
3 QUESTIONS À...
LAURENT PERNOT

QUEL EST VOTRE PREMIER SOUVENIR DE NANTES ?
Mon premier souvenir date de quelques années seulement. Je profitais de quelques heures pour découvrir la ville en marchant, et j’ai soudain eu comme un sentiment de « déjà-vu » en découvrant l’installation lumineuse de François Morellet sur la façade d’un bâtiment. La nuit tombait, le ciel était nuageux.

QUE SIGNIFIE POUR VOUS « ESPACE PUBLIC » ?
C’est d’abord un espace où il est possible de laisser tomber son manteau d’égo, pour accepter d’être comme tout le monde, se dissoudre même parmi les autres. S’il est souvent agressif, chaotique et autant imprévisible, je m’y inspire à chaque instant, en regardant, en écoutant, en imaginant. Je le conçois comme un décor vivant où tous les âges se confondent, les âges des humains, les âges des monuments, les âges de la nature. Mais pour exposer, l’espace public est complexe. Justement parce que nos sens sont déjà saturés, qu’il est parfois impossible de retenir son attention, et que chaque lieu est chargé d’une histoire avec laquelle on choisit de rompre ou de cohabiter.

QU’EST CE QUE VOUS REGARDEZ EN PREMIER DANS UNE VILLE ?
Les bâtiments, les parcs, les lumières, les expositions, les cinémas, les magasins bio, les bars…


 

 


Le travail de Laurent Pernot est également à découvrir Passage Sainte-Croix, exposition Pas de rose pour l'infini.


© Martin Argyroglo


La terre où les arbres rêvent, Laurent Pernot vidéo LSF 2017 from levoyageanantes on Vimeo.

TARIFS
Accès libre.
ACCÈS
Place Royale
44000 Nantes
Tramway Ligne 1 - Arrêt Commerce
Accessibilité

Cheminement sur l’œuvre via un accès au nivellement réduit.


Retour haut de page