Parc et jardin
Parc de la Droitière
Parc à l'anglaise du XIXe

Son aménagement s’étalant sur plusieurs siècles, le parc du château de La Droitière offre les caractéristiques des parcs à l’anglaise du XIXème,  tout en s’articulant autour d’un noyau plus classique typique des jardins du XVIIIème

D’une superficie de 11ha, clos de murs, il alterne ; bosquets arborés pour 7ha peuplés d’arbres autochtones tri-centenaires, chênes, érables, frênes, alisier, charmes et espaces dégagés plantés d’arbres remarquables : Cyprès chauve, Ginkgo biloba, Séquoias gigantea ou sempervirens, Cèdre bleu de l’Atlas, Chicot du Canada, Févier d’Amérique, Magnolia grandiflora, Houx à grandes feuilles, Liquidambar, tulipier et plaqueminiers de Virginie, chênes verts.

Ce parc sert d’écrin à un château, (actuellement en mauvais état), bâti à la fin du XVIIème siècle, embelli par une famille de négociants nantais en 1788, puis agrandi en 1872, d’après les plans de Jourdan Blondel, après avoir été acquis en 1867 par Victor Fleury et son épouse Mathilde Verne, sœur du célèbre écrivain nantais Jules Verne. C’est pourquoi Mauves sera cité dans un de ces romans et que le parc redessiné et agrandi par les deux beaux-frères garde le souvenir du romancier. La gloriette et la promenade qui portent son nom, sans oublier le magnifique Cèdre bleu de l‘Atlas qu’il aurait planté lui-même. Clin d’oeil de l’histoire, c’est un descendant d’un personnage cité dans le premier roman de Jules Verne qui vous guidera dans la découverte des lieux.

Mesures sanitaires

En cas d’affluence pendant les visites guidées, le port du masque est recommandé