MENU
RETOUR
Le Voyage à Nantes
Nantes.Tourisme
Estuaire
Les Tables de Nantes
Les Machines de l’île
Château des ducs de Bretagne
Mémorial de l’abolition de l’esclavage

Arpèges Partitions, 2 rue Piron

Aussi incroyable que ça puisse paraître, la main Guidonienne n’a rien à voir avec la pratique du vélo. Son autre nom c’est la main harmonique. Et cette main, on la doit à un moine bénédictin du XIème siècle, un théoricien de la musique qui s’appelle Guido d’Arezzo. Sur Mercure, un cratère porte même son nom. De cette main découlent des idées nouvelles sur l’apprentissage de la musique, dont le solfège. La main et la lecture, la main et l’œil, sont dès lors liés dans le travail. Pour Arpèges, deux vitrines à l’étage présentent des séquences vidéo de gros plan de mains de musiciens qui travaillent, dansent, virevoltent sur leurs instruments. Deux séquences indépendantes, deux écrans tournés vers l’extérieur, l’un pour la main gauche et l’autre pour la droite. Les images sont muettes mais comme pour celui qui lit une partition, on peut supposer de la part de celui qui regarde ces mains, une audition intérieure. L’œil regarde et une musique intérieure aussitôt s’élève en pensée.

(texte : Stéphane Vigny / photo : Philippe Piron)



Partager cette page
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur Google+ Partagez par mail

Retour haut de page